La génèse du projet

Nous larguons les amarres en juillet 2016.
Au sens propre du terme…
Nous emmenons les enfants à la découverte du monde sur un bateau.
Ce projet combine le rêve de Xavier de faire le tour du monde à la voile et celui de Florence d’un projet familial hors de l’ordinaire.


Sérieux ? Mais ?…

Que ferez-vous ? 

Un grand voyage à la voile des Antilles à l’Océanie en passant par Panama. A peu près un demi tour du monde.

Mais pourquoi ?

Vivre des moments fondateurs à 6. Et profiter de nos enfants avant qu’ils ne souhaitent plus partir avec nous. 
Quitter notre vie de banlieusards où Papa n’est jamais là et Maman toujours fatiguée. Et un zeste de « ne pas faire comme tout le monde ».

Combien de temps ? 

18 mois au moins voire plus si affinités.

Comment ? 

Sur notre voilier nommé Zelma au petit nom rien qu’à nous. Un superbe catamaran Nautitech de 47 pieds de 12 couchettes (dont 4 un peu « boîte à sardines ») dans 4 cabines et une cuisine optimisée qui doit bien faire 1m².

Mais vous savez naviguer ?

Xavier navigue depuis quelques années. Il a suivi différentes formations, a passé des permis et autres certifications. Xavier a suivi un stage de survie en mer.
Florence et Xavier ont suivi un stage de techniques médicales en situation d’isolement. Florence va suivre des cours particuliers avec son skipper préféré.

Et le mal de mer ?

Sur Zelma Florence vomi parfois, est malade souvent, et est optimiste que cela s’arrange toujours. Au passage sa silhouette post grossesses devrait évoluer.
Alice y a l’air sujette mais elle gère vraiment bien.

Et l’école ?

Les enfants sont ravis de ne plus y aller, eux, qui nous répètent qu’ils détestent l’école. En échange les enfants apprendront à maîtriser le vocabulaire marin, les langues vivantes, la géographie, la nage, la météo, les taux de changes, les problèmes de vidage de réservoirs, les listes de courses, les décalages horaires, l’écriture de leur journal de bord et j’en passe…

Et le travail de Xavier ? 

Il est ravi de profiter du bas âge de Zélie pour prendre un congé parental (chacun son tour !) il a le droit à 18 mois. Ensuite ? Nous verrons !

Et les finances ?

Nous avons vendu la maison et tout ce que nous nous n’emmenions pas. Xavier va utiliser ses connaissances en bourse et placements à bon escient.

Mais vous êtes fous ?

On nous l’a déjà dit à cause de nos choix de vie, alors une fois de plus… 🙂

Et vous n’avez pas peur ?

Si.

Nous avons peur mais tout comme nous avions peur de beaucoup de choses dans notre vie d’avant : que notre relation à nos enfants soit bâclée, que notre couple ne fasse qu’un seulement la moitié du temps, que l’environnement soit nocif pour nos enfants comme pour nous, que nos valeurs ne soient pas transmises aux enfants, que nous perdions leur enfance…

Alors avoir peur des vagues, des pirates, de couler, de perdre un enfant par dessus bord… on s’arme et on fera au mieux.

Je dirai même que vivre avec le danger plus présent permet de vivre plus intensément. La mort fait partie de la vie et ne plus l’ignorer rééquilibre. Nous faisions comme beaucoup d’entre nous, l’autruche face aux petits dangers quotidiens en espérant que ça passe sans s’arrêter chez nous. Qui d’entre nous a appris à un tout-petit à réagir en cas d’incendie à la maison ? Votre tout-petit ne préférera-t-il pas se cacher sous sa couette en attendant que  le monstre s’éloigne ?

Ici les consignes sont édictées clairement, répétées et encore répétées. Les questions fusent et les enfants s’approprient le danger… Et n’ont pas l’air de s’en faire pour autant.

Qu’en pensent les enfants ? 

Ils sont ravis de faire du bateau, ravis d’avoir leurs parents à temps plein, ravis d’échapper à l’école. Alice en particulier a été plus triste de quitter ses copains et certains de ses effets personnels.

Et le retour ? 

Ce voyage va indubitablement nous changer, nous laissons la porte ouverte à de nouvelles aventures.

On ne vous reverra pas avant longtemps alors ? 

Cela dépend de vous. Vous êtes tous et chacun invités à venir nous rejoindre pour quelques jours ou un peu plus longtemps. Nous ne passerons pas notre temps à naviguer et notre hôtel sur l’eau sera ouvert. Concrètement nous pourrons recevoir des familles jusqu’à 6 personnes (pour les concernés : plus il va falloir composer mais ce n’est pas impossible).

Pour ceux que l’eau effraie, il y a moyen de se donner rdv sur votre lieu de vacances.

Et pour nos amis navigateurs ou amateurs de sensations nous vous invitons à partager des traversées. Notamment le Pacifique pour ceux qui ont des vacances ou une forte motivation 🙂

Et si cela ne se passe pas bien ?

Surtout nous n’avons pas la prétention de planifier précisément notre parcours afin de faire face aux aléas.

Nous  imaginons bien que cela puisse ne pas tourner comme nous l’aurions souhaité. Nous nous permettrons d’écourter, de rentrer et Xavier reprendrait son poste.