Comment communiquer avec nous

La question revient souvent, il faut donc que l’on soit plus clairs.

Iridium

Vous pouvez nous envoyer un message court sur la page
https://messaging.iridium.com/
Notre numéro est le 881632674410.
Nous pouvons appeler, pour les urgences, et recevoir des appels, mais le coût pour l’appelant est prohibitif.

Téléphone

J’ai gardé mon téléphone français, vous pouvez m’appeler quand vous le souhaitez vous ne paierez rien de plus que si j’étais en métropole.

Moi par contre je paie le complément. Si je suis dans une île française le surcoût est minime alors je décroche avec plaisir.
D’autant que pour vous appeler c’est plus cher pour moi.

Xavier a aussi gardé son téléphone mais c’est celui du travail donc il ne décroche pas pour ne pas monter la facture au boulot.

Tous les deux pouvons recevoir les SMS gratuitement. Et les lisons avec plaisir. C’est la façon la plus rapide de nous contacter.
Mais nous ne pouvons pas recevoir les MMS.

Mail

Nous avons gardé nos adresses mails et les consultons dès que possible. Nous recevons les messages avec plaisir. C’est la façon la plus confortable pour nous de stocker les messages et d’y répondre dès que nous pouvons ravoir de la connexion.

Facebook

C’est très agréable de lire vos commentaires à mes posts FaceBook. Par contre c’est plus chouette d’avoir vos réactions à mes articles de blog sur le blog lui-même. Tout se perd dans les méandres de Facebook sinon.

Cependant les messages personnels sont difficilement lus. Pour cela il faut une bonne connexion, Facebook est lourd à charger. Petit ordre d’idée je n’avais pas eu de connexion à Facebook depuis Noël alors que Xavier m’avait téléchargé mes mails plusieurs fois. 
En gros en réaction à mes post c’est sur Facebook, pour la communication privée c’est sur le mail.

Blog

Les commentaires sur le blog sont lus comme des petits bonbons, n’hésitez pas, nous nous régalons.
Par contre les messages à caractère privé sont mieux sur notre mail.

Skype

Skype est utilisé avec parcimonie. Pour cela il faut une super connexion sur le bateau et cela est rare. Malgré ça les communications finissent en audio pour mieux s’entendre, tant pis pour l’image…

Pour nous suivre

On a un onglet tout spécial qui permet de savoir où se trouve Zelma, n’hésitez pas à cliquer : http://www.zelma.fr/?page_id=408

Truc et astuces d’apprentis marins


Filets fruits
L’intérieur du bateau est un environnement qui peut voir sa température monter très vite et très haut. Ceci notamment en navigation quand tout est fermé ou que l’équipage est parti en vadrouille et que toutes les écoutilles sont condamnées.

Les fruits et légumes que l’on stocke généralement à température ambiante n’aiment pas trop ces hausses de température. Le stockage au frigo n’est pas une option vu la taille de notre frigo (80 cm au garrot). Il a fallu trouver une place en extérieur à l’ombre et ventilée.

Lire la suite « Truc et astuces d’apprentis marins »

Une vie différente #5 – La cuisine


BananesLa cuisine sur notre bateau est aussi une affaire différente d’à la maison.

Je ne connais pas la température de notre four, un antique four à gaz. Qui ne cuit que le dessus et le fond. Le pain n’est jamais cuit comme il faudrait et cuire la moindre quiche peut prendre 1h30. On n’est pas pressés hein ?

Lire la suite « Une vie différente #5 – La cuisine »

Une vie différente #4 – Le mal de mer

Flo mal de mer
Adirez la présence du sceau…
Le voilà l’article que vous attendez tous.
Le mal de mer.

Ceux qui me connaissent bien savent combien je suis malade dans les transports. Mais vraiment. Que de retours du collège ai-je vécus le cœur au bord des lèvres dans le car scolaire. Que de retours du bureau ai-je passés à serrer les dents dans le métro en comptant les secondes. Que de fois à l’arrière d’une voiture ai-je fermé les yeux pour espérer que « cela passe ». Que de traversées en ferry ai-je passés à redécorer la balustrade. Et comment j’ai passé ma semaine de vacances sur un voilier avec une bande de copains, accrochée à la filière.

Et donc nous ne disserterons pas sur le comment une fille si malade en mer peut-elle être amenée à accepter de vivre sur un voilier mais plutôt sur le comment fait la même fille pour gérer sa vie sur un voilier. (Ben oui personne ne m’a jamais demandé pourquoi je prenais le métro ou le bus scolaire pour aller travailler)

Lire la suite « Une vie différente #4 – Le mal de mer »

Une vie différente #3 – Le corps s’habitue

Zélie fait de la gym
Zélie fait de la gym


Mon corps s’est habitué aux changements d’exercice physique.
Dans cette nouvelle vie adieu les aller-retours à l’école en bi-porteur, les montées de pente à 45° avec les bras chargé d’un paquet aussi mignon que mouvant, les montées et descentes incessantes d’escaliers en colimaçon, bonjour nouveaux exercices. Voici un petit florilège.

Lire la suite « Une vie différente #3 – Le corps s’habitue »

Une vie différente #2 – Le rythme circadien

Rythme
Notre rythme naturel se cale sur le rythme jour/nuit. Il faut dire que l’économie d’électricité ne donne pas envie de prolonger les soirées indéfiniment. Sinon c’est le frigo qui s’arrêtera dans la nuit.
Nous notons dernièrement une légère tendance à se décaler sans trop savoir pourquoi. Horaire d’hiver ?

Lire la suite « Une vie différente #2 – Le rythme circadien »

Une vie différente #1 – Le mouvement


Une vie sur un bateau transforme un homme, mais aussi une femme ou une famille. De nombreuses choses changent pour nous. Je vais faire quelques petits topos sur ce qui change dans notre vie quotidienne, en dehors bien sur des lagons et des palmiers. Tout ceci sous le titre très recherché de « une vie différente »….

Lire la suite « Une vie différente #1 – Le mouvement »

Saint Martin #3 : à l’ouest l’îlet Pinel

 

DSCN5715

L’endroit est vendu comme une des plus belles plages de St Martin, alors allons-y.

Il s’agit d’un petit îlet, dont la principale plage est très près de la côte, bien protégée des vents et de la houle.
Effectivement bleus de la mer et du ciel, turquoise en bord de plage, sable blanc, chaud et moelleux se donnent rendez-vous.

Lire la suite « Saint Martin #3 : à l’ouest l’îlet Pinel »

Saint Martin #2 : nord de l’île

DSCN5660

Marigot

Nous contournons l’île par l’ouest pour arriver à Marigot. La côte est si belle, l’eau est si bleue que l’on se régale d’avance de la baignade à la plage. Et là… déception ! Impossible d’accoster en annexe. Des rochers tout aussi imposants qu’acérés barrent le rivage, tout du long. Nous comprenons maintenant pourquoi la baie semblait si paisible. Nous longeons la baie d’est en ouest, essayons d’accoster sur un ponton pour accéder à la plage mais la baignade depuis le sable est vraiment impossible. Après ces vaines tentatives nous rentrons au bateau afin de nous plonger dans cette eau si bleue juste avant le coucher du soleil.

Lire la suite « Saint Martin #2 : nord de l’île »

Saint Martin #1 : la France et la Hollande sur une même île

Voilier contre yacht
Voilier contre yacht

 

Il est minuit passée, tout est calme, les enfants dorment ça et là, Zelma avance avec un bon rythme, la lune nous accompagne, St Martin est en vue.

De loin des « tours» illuminées peuplent la baie, en s’approchant il s’avère que ce sont les mâts des bateaux gigantesques entassés dans une même baie. De jolis bateaux bien briqués. Nous aurons l’occasion aussi d’avoir comme voisin un vieux gréement. Sympa !

La navigation de nuit a été paisible : la houle de dos sur laquelle nous avons surfé, un vent arrière suffisant pour ne pas tirer de bord, une belle lune bien présente.

L’arrivée ne pouvait donc qu’être chaotique. La houle entre dans la baie. Cette même houle n’ébranle même pas les mastodontes installés là. Nous sur notre petit catamaran dansons comme dans une coquille. La lune s’est couchée. La pluie fait son apparition, une belle pluie bien fournie. Tant pis pour le barreur et la matelote à la baille à mouillage. Voici une occasion de tester l’étanchéité d’un de nos K-Ways… qui n’a pas passé l’épreuve. Nous essayons d’entrer au plus loin dans la baie en évitant les bouées que nous ne voyons qu’au dernier moment. Une tonne d’amarre non éclairée et censée se trouver à peu près sur notre chemin reste indétectable. Pas de place « simple ». Demi-tour, nous reculons et nous jetons l’ancre. Ouf il est 1h30.
Après 18h de navigation nous sommes contents que ça s’arrête.

Au réveil nous verrons la tonne d’amarrage à notre bâbord. Oups !

Lire la suite « Saint Martin #1 : la France et la Hollande sur une même île »