Bequia -> Martinique

Nous avons des tonnes d’articles en retard mais je ne sais pas si j’arriverai à écluser l’ensemble un jour.
Du coup petite nouvelle rapide pour aujourd’hui : nous quittons Bequia pour retourner au Marin en Martinique. Nous ferons une halte à Ste Lucie pour la nuit.
Arrivée prévue en Martinique mardi en fin de journée.


Pour une fois qu’on connaît notre programme des prochaines 48h et qu’on a une connexion, j’en profite…
Allez c’est parti, le capitaine monte déjà sa voile

Monte voile

Grenade – Un week-end à terre

1-DSCN3840

Nous avons profité d’une escale au Sud de Grenade à Saint David’s Harbour très exactement pour se faire un petit week-end à terre. Au programme : profiter de l’eau courante et chaude ainsi que de bons petits plats.
Point d’hôtel ou de chambre d’hôte, nous avons dormi sur notre Zelma. A terre ?

Oui ! C’est possible.

Lire la suite « Grenade – Un week-end à terre »

37

anniv

Aujourd’hui…
J’aurais pu me réveiller dans un cadre idyllique, entre bleu, bleu et blanc… j’aurais pu.
J’aurais pu plonger dans l’eau turquoise au petit jour pour ensuite engloutir une belle fournée de pancakes… j’aurais pu.
J’aurais pu déguster une délicieuse langouste… j’aurais pu.
J’aurais pu faire une sieste à l’ombre des cocotiers (si tant est que les cocotiers fassent de l’ombre ) j’aurais pu.
J’aurais pu entamer la lecture d’un bon livre choisi par moi-même… j’aurais pu.
J’aurais pu dîner sur la plage les pieds dans le sable éclairée à la bougie et par la pleine lune… j’aurais pu.

Mais nous n’étions pas au bon endroit, avec le frigo vide, aucun livre pour moi, et les 4 fantastiques sont ce qu’ils sont…
Alors…

Lire la suite « 37 »

Les Taurillons sur un bateau #2

Cela fait 3 mois que le troupeau vit sur le bateau il est temps de faire un petit bilan.
D’une manière générale les enfants :
Ont gagné en agilité, les montées-descentes de l’annexe se font vraiment aisément maintenant. Ils sont très à l’aise dans l’eau et capable de grandes distances.
Ont gagné en autonomie, la distance que nous leur autorisons à parcourir sans nous que ce soit sur l’eau ou sur terre s’est démultipliée.
Le vocabulaire usuel du bateau est bien maîtrisé. Les jeux se sont transformés et on entend fuser du vocabulaire maritime dans leur jeux de rôle.
Ont acquis une régularité sur le lever et coucher sans que nous ne leur imposions plus. Certaines soirées tardives se rattrapent efficacement le lendemain.
Apprécient la profusion de dessin animés autorisés. Ils sont passés de 2 dessins animés par mois à la maison à 1 tous les deux jours en moyenne. Les dessins animés servent à combler des navigations calmes et longues ou à occuper le troupeau quand les parents reçoivent des invités ou simplement à passer un bon moment gratuit. Certaines fois si le besoin s’en fait sentir un deuxième peut même être diffusé dans la foulée. LE truc incroyable ! Et Zélie est capable de les rejoindre avec attention.

Et sinon chacun d’eux évolue selon son caractère.

Lire la suite « Les Taurillons sur un bateau #2 »

Canouan

Nous avons visité Canouan, où personne ne va (mode rebelle). 
Pourquoi aurais-je dû me méfier quand Xavier m’a vendu ça :


Canouan001 Lire la suite « Canouan »

Notre non-rentrée

travail

J’imagine que vous aimeriez bien savoir comment se passe cette non-rentrée.

J’aurais aimé écrire que m’adaptant aux besoins de mes enfants le chemin est pavé de roses. Dans l’idéal chaque enfant aurait sa progression définie par le travail de la veille, les garçons  alterneraient entre graphisme, lecture, dessin, coloriage et numération et Alice entre vocabulaire, écriture, mathématiques, lecture et arts plastiques. Les enfants seraient joyeux à l’idée d’ouvrir leur magnifique journal de bord bien tenu, seraient hyper motivés à l’idée de rédiger un petit rapport de la veille et illustreraient tout cela joliment à l’aide de leurs crayons de qualité.

En fait ce chemin, il est sûrement jonché de roses, mais ces imbéciles sont tombées à l’envers… côté épines.

Lire la suite « Notre non-rentrée »

Notre première tempête

coucher

Nous imaginons que suivie de loin, la tempête a pu inquiéter. Encore plus une fois que la tempête est devenue cyclone, puis cyclone de classe 4.

Nous savons que certains ont eu peur pour nous. Cette peur avait un petit arrière-goût de « ils ne savent pas ce qu’ils font ».

Et pourtant, nous étions bien au courant.

Lire la suite « Notre première tempête »