Au revoir Thibaud

Visite main dans la main

Notre jeune équipier qui était allé se coucher, souvenez-vous, lors de sa première nuit chez nous a tenu le coup et n’a pas fui à la nage au petit matin du premier jour.

Et il a bien fait.

Lire la suite « Au revoir Thibaud »

Zelma s’est (encore) échouée

 

Mêmes joueurs jouent encore.

Zelma s’est encore posée sur un joli banc de sable (plus ou moins) bien indiqué, juste en face d’une marina. Cette fois c’est moi qui étais à la barre. Les mêmes conditions étaient réunies : plusieurs petites erreurs qui s’additionnent et qui en font une grosse. Saupoudrées par des interventions enfantines aussi bien intempestives qu’urgentes. Lire la suite « Zelma s’est (encore) échouée »

Les dernières fois

Jour de lessive

Cette parenthèse avant de tout quitter nous fait un bien fou. Nous alignons les dernières fois mais aussi les premières, signe que le voyage n’est pas encore fini.

Ces derniers jours j’ai aimé… Lire la suite « Les dernières fois »

Était-ce une bonne idée de traverser de Cuba à Panama ?

Panama !!! Nous arrivons…

Cela fait 4 semaines que nous sommes à la marina à Panama. Nous y sommes arrivés en catastrophe directement après notre traversée depuis Cuba. Cette traversée de la mer des Caraïbes du Nord au Sud a été des plus mouvementées.

Elle a duré. 8. Longs. Jours.

Au lieu de 6 jours prévus par le Capitaine mais heureusement bien anticipé (avec un sourire en coin) par la Capitaine en second avec sa fameuse règle des « +25% » appliquée depuis 6 mois.

Nous naviguions au près. Là les marins qui me lisent anticipent la difficulté. C’est-à-dire que nous remontions au vent, que nous naviguions avec le vent dans le nez ET contre les vagues. Vous voyez un peu ? Lire la suite « Était-ce une bonne idée de traverser de Cuba à Panama ? »

Un équipier ou pas ?

Beaucoup de bateaux ont de manière temporaire, un ou plusieurs équipier(s) à bord. Cela permet d’avoir des bras supplémentaires pour les quarts de nuit lors des longues traversées. C’est aidant mais c’est un étranger avec lequel il faut savoir s’entendre…

Les propriétaires de bateaux que nous avons rencontrés ont toujours eu un discours assez mitigé sur leur présence à bord. Nous avons eu des récits d’équipiers plus ou moins compliqués. Celui-ci était un maniaque de l’ordre alors que les propriétaires ne l’étaient pas. Celui-là vidait les placards en catimini pendant son quart de nuit, se faisait des encas de taille imposante et faisait grand honneur aux repas. Ce qui posait problème dans la gestion des stocks en traversée. Celui-ci passait son temps enfermé dans sa chambre. Celui-là encore était tellement insupportable qu’il a été débarqué par le capitaine avant destination. Lire la suite « Un équipier ou pas ? »

Le creux de la vague


Depuis que nous avons quitté Saint Martin les distances de navigations augmentent. Alors qu’il faut 2h pour rejoindre Sainte Lucie depuis la Martinique il faut 24h pour descendre la côte est d’Hispaniola.
Le passage entre la République Dominicaine et Puerto Rico est appelé le Mona Passage. Il est réputé pour être difficile. Nous l’avions traversé en arrivant des BVI en perpendiculaire, dos au vent, un jour de grand calme. Il se peut qu’un « le Mona Passage ? pfff… trop facile ! » m’ait échappé alors. Croyez bien que je l’ai regretté. Lire la suite « Le creux de la vague »

Santa Bàrbara, tu me diras… pourquoi ?…


Nous avons prolongé notre séjour à Santa Bàrbara de Samanà pour finalement y rester 15 jours.
Nous avons mouillés dans le port en centre-ville. Les voiliers vont plutôt à la marina donc nous n’avons pas trop vu de plaisanciers mais étions entourés des bateaux locaux. Dommage pour les rencontres, chouette pour l’immersion. Lire la suite « Santa Bàrbara, tu me diras… pourquoi ?… »

Nouvelles voiles

La pause à St Martin s’est prolongée du fait du délai imposé par nos voiles venant de l’autre côté de la Terre et qui mettaient du temps à arriver…

Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin, à force d’attendre elles ont fini par arriver. Les colis étaient livrés à l’aéroport et Xavier est allé les chercher en annexe directement. Grâce aux muscles du capitaine batocopain, à deux hommes ils ont pu ramener une tonne de voiles et les monter à bord.

Petit paquet pas si léger…

Lire la suite « Nouvelles voiles »

Le Capitaine fait de l’exercice

Quand le Capitaine fait de l’exercice il ne le fait pas à moitié. Il monte à 20m de hauteur.
Lire la suite « Le Capitaine fait de l’exercice »

Un bateau, des copains voilà les batocopains

« Batocopains » ce mot rigolo inventé est utilisé par toutes les familles en voyage en bateau. Il désigne les bateaux et leurs équipages avec lesquels l’équipage a des atomes crochus. 

Notre voyage se déroule au rythme des destinations que nous découvrons mais aussi au fil des rencontres. Et il ne faut pas se leurrer, en bateau les rencontres les plus fréquentes sont avec d’autres bateaux.

Après une période prolongée de ponton puis de mouillage à Sainte Anne (Martinique) où nous avions rencontrés facilement d’autres familles, nous avons eu plus de mal à créer les opportunités. Notre désir de sortir des sentiers battus, notre envie de fuir les mouillages bondés, notre rythme familial souvent décalé, notre façon de voyager à contre-courant parfois ont sûrement fortement joué dans cette difficulté.

Pendant quelques temps nous avons désiré rencontrer d’autres familles sans y parvenir. Le huis clos à ce moment-là pouvait être pesant.

Lire la suite « Un bateau, des copains voilà les batocopains »